30 septembre 2014

Il faut être vigilant chaque jour pour que la bête immonde ne revienne pas.

strasser_la_vague

"...Les historiens savaient-ils qu'on ne pouvait répondre à cette question par des mots? Etait-il donc nécessaire d'avoir vécu cet épisode tragique pour être en mesure de le comprendre? A défaut, fallait-il recréer une situation similaire pour y parvenir?... Cette idée l'intriguait. Supposons, pensa-t-il, supposons que je prenne une heure de cours, ou peut-être même deux, pour mener une petite expérience. Pour essayer de montrer à mes élèves à quoi ressemblait la vie quotidienne dans l' Allemagne nazie. S'il trouvait le moyen pour conduire cette expérience, il était certain que les lycéens en retireraient bien plus que de n' importe quelle explication académique. Cela valait la peine d'essayer...."

Ce roman retrace les lignes d'une histoire réelle qui s'est déroulée dans un lycée américain dans les années 70. Tout commence avec un cours d'histoire, durant lequel un prof parle de la seconde guerre mondiale avec ses élèves. Suite à la projection d'un documentaire sur l'holocauste, une question posée par une élève reste sans réponse : comment les allemands ont-ils pu laisser faire ça? Ben Ross, le professeur d'histoire devant son impuissance à répondre à cette question, décide de mener une expérience  pour leur faire comprendre.

Il crée alors un mouvement expérimental qu'il nomme la vague. La vague a pour slogan " la force par la discipline, la force par la communauté, la force par l'action".

Ben Ross installe de nouvelles règles au sein de la classe, une discipline que chacun doit respecter, se basant sur l'aspect communautaire de son projet. "La communauté est le lien qui unit les gens qui travaillent et luttent ensemble pour atteindre un but commun....c'est le sentiment d'appartenir à une chose plus importante que soi...Vous faites partie d'un mouvement, d'une équipe, d'une cause. Vous vous engagez personnellement...."

Contre toute attente, ses élèves ainsi que d'autres  adhèrent au projet. Chacun se plie à cette nouvelle discipline, acceptant ce prof d'histoire comme chef. Mais rapidement, les choses vont s'accélerer. La vague va prendre une ampleur qui va vite devenir incontrôlable. Il faut adhérer à la vague de grès ou de force, elle devient la règle. S'installe alors au lycée un mini état quasi totalitaire.

Des plaintes commencent alors à fuser, certain doutent, n'acceptant pas d'abandonner leur libre arbitre. Mais comment exprimer ses doutes au risques de représailles. La peur s'installe...

Ben Ross, sent que la situation lui échappe, mais comment arrêter le projet en cours de route au risque que les élèves ne comprennent pas, que l'objectif initial du projet ne soit pas atteint? Il décide alors d'aller jusqu'au bout.

 

Ce roman m'a beaucoup interpellé et également dérangé. Ce n'est pas le roman en lui même qui en est la cause, mais le fait que les horreurs de l'histoire malgré toute la bonne volonté du monde pourrait refaire surface, que l'humain peut faire émerger en lui les côtés les plus sombres et les plus néfastes; pas de façon volontaire mais sous la coupe d'une personnalité forte. Le roman commence par quelques mots de l'auteur qui nous dit "il faut être vigilant pour que la bête immonde ne revienne pas..." Je pense que ce roman peut être un garde fou, une alerte pour lutter, pour ne pas oublier....comme l' était cette expérience hallucinante qu'ont vécu les étudiants de ce lycée américain.

 

Ce roman a fait l'objet d'une adaptation cinématographique, l'histoire y est transposée en allemagne.

la_vague

Posté par VirginieDelattre à 10:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Il faut être vigilant chaque jour pour que la bête immonde ne revienne pas.

Nouveau commentaire