13 décembre 2013

La porte rouge de Valentine Goby et Hortense Vinet

La porte rouge

"Mais je ne sortirai pas. Dehors il y a des cygnes blancs, maman, des nénuphars roses, des cinémas climatisés, des piscines turquoise, des milk-shakes, des rues colorées où flâner avec des copines, il y a du soleil comme jamais je n'en ai connu ici et des gens qui se baignent dans les fontaines,  il y a sûrement des garçons torses nus et le boxer qui dépasse du jean, des bouches à embrasser, des marchands de glace italienne bien crémeuse, oui ; mais il y a aussi une porte rouillée à trois rues d'ici, elle s'ouvre en grinçant, lourde, se referme dans ton dos et blesse tes omoplates appuyées contre elle. Il y a une porte fermée sur le noir, derrière la porte est retenu un cauchemar qui ne peut pas se dire, et aucun cygne, aucun nénuphar ne peut lutter contre la terreur qu'il m'inspire. Je ne sortirai pas."

D'une série de photographies, Valentine Goby a tissé cette jolie histoire. Celle d'une révolte sourde : Dora est enfermée chez elle depuis le 29 juin, on ne sait ce qu'il s'est passé à cette date, on envisage le pire. Chaque jour, elle s'habille, comme elle l'entend, minijupe, ballerines, cheveux relevés, et reste enfermée chez elle, dans sa cité, bâtiment D, avec vue sur le ciel et sur le bitume. Un sentiment de liberté la domine alors. Elle est une fille qui refuse de se soumettre, la révolte est intérieure, mentale. On comprend alors au fur et à mesure que l'exposition de son corps en minijupe a provoqué colère et choc dans la cité. Le corps féminin - beauté sensuelle - est au centre de cette révolte, une des grandes problématiques du récit, comme souvent chez Valentine Goby. Et puis la narration nous expose une autre révolte : celui d'un garçon, et lui c'est "à l'intérieur qu'[il] étouffe". Il est jardinier, au grand dam de son père, pour qui un mec n'a pas à admirer la fragilité des fleurs et à respirer l'odeur de la terre, associant ce métier à celui d'une "pédale". Alors ce garçon, Charlie, pour éviter les insultes et les coups de son paternel, s'échappe le soir. Sa liberté à lui, il la trouve dans la pénombre du quartier, dans l'air vif de la nuit, en attendant que son père s'endorme, pour pouvoir doucement, à pas de loup, réintégrer l'appartement familial, au bâtiment E. Les deux révoltés sont voisins et un soir, la rencontre va se faire, par le biais d'une canette de soda, nonchalamment jetée par Charlie et aperçue par Dora, depuis sa fenêtre. Entre celle qui s'enferme dedans et celui qui s'enferme dehors, le dialogue va débuter grâce à un trou dans le mur - référence à la très belle photo de couverture, et même plus... - un morceau de liberté  se conquérant alors par le biais de l'autre.

Une jolie histoire sur les préjugés, sur la jeunesse qui tente de les vaincre. Les photographies d'Hortense Vinet m'ont conquises, Valentine Goby les exploite habilement. La naissance de l'amour y est très finement observée, les métaphores qu'emploient Charlie pour évoquer Dora - "Bizarrement, je l'associe à ces fleurs épanouies le soir, fermées le jour" - sont tendres et vraies. Armés de leur amour et d'une boîte de peinture rouge vif, Dora et Charlie vont repeindre le monde, selon leurs envies, leurs désirs et surtout essayant d'affirmer leur liberté. Une porte rouge pour dire la vie, pour clamer l'envie d'écraser les diktats.

Posté par Caroline Dumont à 17:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur La porte rouge de Valentine Goby et Hortense Vinet

    Un roman qui a été aussi très apprécié par notre comité lecture de romans ados ! Je découvre votre blog et y trouve déjà pleins d'idées pour de futures lectures !

    Posté par Carole, 12 mars 2014 à 10:11 | | Répondre
    • Merci beaucoup de votre message ! Pour ma part, j'apprécie beaucoup l'écriture de Valentine Goby... Du coup, j'ai découvert votre site qui est super bien fait, je pense y faire un tour régulièrement !

      Posté par Caroline Dumont, 14 mars 2014 à 14:55 | | Répondre
Nouveau commentaire