26 août 2016

Les secrets sont tellement lourds.. une fois qu' on ne les porte plus, on se sent léger comme l' air...

les chiens

 

LES CHIENS

Allan Stratton

"Ou alors les chiens l' ont tué. Il serait couvert de morsures. Attends : et s' il avait été assassiné? Assassiné? Oui! et si son père l' avait assassiné? C'est facile à imaginer. Repense aux dessins. Le marteau, la fourche, la manière dont son père l'empoignait. Non le Jacky de mon rêve a dit que son père était  parti. Ca veut dire qu ' il était vivant au moment de ce départ. Pas s' il a été assassiné. Il a vu son père s' en aller, parce que son fantôme est resté. Je ferais mieux de me taire, sinon je vais devenir fou. Et si je l' étais déjà?

 

Les chiens est un roman,... non un thriller psychologique dont le héros principal, un jeune ado : Cameron, vacille entre rêve, réalité, imagination débordante, affabulation, folie... On ne sait quasiment jamais où se situe la ligne entre notre réalité et celle Caméron.

On se retrouve plonger dans les tourments de cet enfant mais aussi ceux de sa mère ( un mari violent, une fuite perpétuelle, la peur au quotidien... et si tout cela n' était  que de la paranoïa ou alors la simple vérité?) puis à cela s' ajoute les fantômes qui apparaissent à Cameron, des meurtres commis là où ils ont emménagé, ses conversations avec lui-même.

Ce roman nous tiens en haleine, nous emmène dans les circonvolutions psychologiques de Caméron, dans ses doutes, ses peurs, ses angoisses, ses essais de se convaincre de fuir cette réalité qui est la sienne.

Cameron, le héros de cette histoire est un gamin très attachant que l' on sent dans un telle détresse et dans un doute très profond, s à des moments d' une grande violence. On finit par s' attacher à lui et lui espérer une fin heureuse.

Gros coup de coeur.

Posté par VirginieDelattre à 14:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Les secrets sont tellement lourds.. une fois qu' on ne les porte plus, on se sent léger comme l' air...

Nouveau commentaire