14 mars 2016

La folle rencontre de Flora et Max

La folle rencontre de Flora et Max

La folle rencontre de Flora et Max

de Martin Page et Coline Pierré, l'école des loisirs, 2015

"Je crois que le plus important pour s'en sortir consiste à avoir la volonté de changer les choses. Tant qu'on lutte, on est vivant." - Flora

Quel beau roman que voilà ! La folle rencontre de Flora et Max, c'est l'histoire de deux solitudes qui vont se découvrir, s'apprivoiser et vont chacun, doucement, grâce au soutien de l'autre, reprendre goût à la vie, aux autres, à soi-même.

Flora est une adolescente qui, suite à des persécutions répétées au lycée, a violemment frappé celle qui la harcelait. Depuis cette agression, Flora est en prison, pour une peine de six mois. Elle vit enfermée dans sa cellule et essaie de se reconstruire une intimité qui s'est fort amoindrie en prison. Elle s'est mise au sport, tente de cuisiner des gâteaux au chocolat, observe un couple de cafards qu'elle a rebaptisé Monsieur et Madame Snob et confectionne une marionnette qu'elle appelle Sylvia Plath. Max lui, vit enfermé chez lui car le monde extérieur l'angoisse et lui provoque des crises de tétanie. Max ne parvient plus littéralement à mettre le pied dehors. Il s'est donc construit un univers dans sa chambre, entouré de son ukulélé, son bambou surnommé William Shakespeare, son ordinateur, des oiseaux qui viennent se poser sur le rebord de sa fenêtre et de son  chat pour qui, il invente de supers mets comme le "soufflé de croquettes à la dinde et au fromage à hamburger. Je l'ai assaisonné d'un peu d'herbe à chat"! En écrivant à Flora, Max va faire naître une belle amitié qui va éclore au fur et à mesure des lettres et qui va reposer sur le partage de petites choses du quotidien, de leur histoire, de petits riens qui vont les réconforter l'un et l'autre.

Ces deux adolescents ne manquent donc ni d'humour, ni d'imagination, par ailleurs la famille de Max avec son père et sa petite amie islandaise pratiquant le naturisme au sein de leur propre maison, aide à créer des instants fort comiques et incongrus ! Les adultes sont d'ailleurs un soutien pour les deux adolescents, même si parfois ils paraissent désoeuvrés face aux situations de leurs enfants : les parents de Flora se révéleront plus compréhensifs que ce que leur fille pensait et ceux de Max tentent de trouver des astuces pour permettre à leur fils de profiter du monde extérieur tout en restant dans sa maison - je pense notamment à l'épisode du bonhomme de neige dans le salon.

J'ai évidemment pensé à Lettres de l'intérieur de John Marsden, qui fut pour moi un très beau roman, fort sensible et d'une grande justesse, mais qui était parfois sombre et restait sur une fin énigmatique ; ici la correspondance prend des allures lumineuses et l'inventivité des deux adolescents pour tenter de surmonter leur mal être est souvent source de rires. Ainsi lorsque Max décide d'affronter le monde extérieur, le port de la bouteille d'oxygène sera de rigueur, et il fera sa seconde séance de psy en jouant de l'ukulélé et en chantant ! Il constate par ailleurs, non sans humour, que "le monde est effrayant : il lui manque un plafond" ! Flora quant à elle s'accroche aux mots de l'écrivaine Sylvia Plath : "Sylvia Plath m'a donné un bon conseil : Sors et fais quelque chose. Ce n'est pas ta chambre qui est une prison, c'est toi. Je me répète cette phrase à voix haute chaque matin". L'optimisme de Flora va entraîner Max. Les deux adolescents sont bien décidés à affronter leurs démons intérieurs, la crainte du monde extérieur pour Max, la colère pour Flora, et leurs lettres vont être une arme supplémentaire dans leurs combats, voire même une motivation supplémentaire. Grâce à leurs échanges, chacun va réussir à avancer peu importe le moyen, à s'accomplir, et on finit le roman le sourire aux lèvres.

Posté par Caroline Dumont à 09:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur La folle rencontre de Flora et Max

Nouveau commentaire