08 décembre 2014

dream_box

 

Jeffrey McLaughan a 8 ans quand commence ce roman.

"Il dormait de plus en plus mal, autant à cause des ombres qui se pressaient à son chevet à peine la lumière éteinte, que des  vociférations de son père qui filtraient..... Brusquement, un sentiment d'effroi s'empara de lui. Le sifflement mourut sur ses lèvres. Il resta immobile n'osant pas se retourner. Il se colla au buffet et fit lentement demi tour sur lui-même. Il n' y avait personne. Pourtant l'impression persistait. C'était le même sentiment dedans qu'il éprouvait quand son  père devenait violent ou que les ombres étaient présentes...."

 

Jeffrey McLaughan a 8 ans et surtout il n'est pas un petit garçon comme les autres. Il voit des ombres, des "êtres" étranges terrifiants qui le hantent, le poursuivent et font de lui un petit garçon à part, incompris, même de ses parents. La présence de ombres ont  un effet dévastateur sur sa famille, son père devient violent, sa mère sombre dans la folie, son chien devient agressif... Mais que veulent-elles? Qui sont elles.....

Ce roman nous montre que Jeffrey n'est que le maillon d'une chaîne d'êtres capables de voir ces ombres. Ils sont des porteurs... Dans quel but? Ils vivent ainsi, anéantis par cette présence, seuls, isolés de tous. Un moyen de lutter contre ces ombres : une boite, la dream box qui sera remise à Jeffrey par un ancien  porteur devenu adulte. Celle-ci permet d'enfermer les ombres. Mais attention à la tentation de ne pas l'ouvrir...

"Laissez-moi mourir.

Personne ne t'entend petit garçon, tu es à nous à présent

Pitié! par pitié laissez-moi mourir!

Ne résiste pas."

 

Jeffrey va vivre ainsi, isolé, seul, anéanti, affaibli, plus que l'ombre de lui même, la proie de ces ombres... Jusqu' à une rencontre qui va lui montrait la lumière et lui apporter l'espoir, l'envie et le courage de lutter....

 

Dream box est une bien étrange histoire, fantastique, effrayante. Le début du roman m' a replongé dans l'univers de Stephen King et plus précisément dans "l'enfant lumière" où les fantômes  prennent possession de la famille. Tout comme les ombres prennent possession ici, de Jeffrey et de sa famille. Étrange, car ensuite le roman prend une toute autre direction. Arrivent des personnages, des vies, qui au prime abord n'ont rien en commun mais qui au fil des pages vont se retrouver et permettre à Jeffrey d'apercevoir une lueur puis une lumière d'espoir...

 

Un roman fantastiquement étrange.

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                       

Posté par VirginieDelattre à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Jeffrey McLaughan a 8 ans quand commence ce

Nouveau commentaire