10 septembre 2014

Pas de place pour un fille dans mon genre, excepté celle de la soumission...

respire_3

"Respire" est le premier roman de Anne-Sophie Brasme, et quel roman...Un roman fort sur le thème de l'amitié. Mais pas cette amitié douce et bienfaisante, non sur une amitié perverse, douloureuse, blessante, voir humiliante...Une amitié qui rend fou, une amitié qui fait mal....

C'est l'histoire de Charlène, une jeune adolescente qui au début de l'histoire a 19 ans et nous écrit depuis la prison où elle est incarcérée.

"...Mais ce que je sais, c'est que pas une d'entre nous n'aura la force de s'endormir. Même moi j'ai essayé, et malgré toute la volonté du monde, j'en suis incapable...Le silence est notre thérapie. C'est lui qui nous apprend à regarder le passé, à affronter nos actes, à combattre les erreurs. C'est lui qui nous fait réfléchir et nous pousse à la remise en question, lui aussi qui nous guide, apaise nos angoisses ou les fait resurgir, nous sort de l'incertitude ou nous plonge dans la folie... C'est lui qui apprivoise ce que nous sommes, assassine le poids des heures, lutte contre les parts de nous-mêmes que nous voudrions oublier..."

Elle nous entraîne avec elle dans son enfance. Elle nous raconte quelle petite fille elle était puis quelle adolescente elle est devenue...

Une adolescente introvertie, très peu sure d'elle; que l'on ne voit presque pas, que l'on écoute quasiment pas... une adolescente mal dans sa peau qui ne trouve pas sa place....Et puis un jour au collège une rencontre. Celle de Sarah. Sarah est belle, drôle, avec une aura extraordinaire qui fait qu'on l'écoute, qu'on la regarde, qu'on l'envie...Par le plus grand des hasard ( ou peut -être pas!) Sarah va proposer son amitié à Charlène. Commence alors une histoire dans laquelle notre héroïne trouve enfin sa place, s'amuse, sort, part en vacances avec Sarah et sa famille... Mais très vite la douce amitié et la joie de vivre qui en découlent vont devenir un enfer pour Charlène.

Fini, alors, le plaisir d'être ensemble. Il laisse place à la soumission, aux humiliations, à la manipulation, à l'abandon et pour Charlène à l'obsession...

"...Je ne saurai définir l'obsession. Je crois qu'on la porte toujours en soi. Souvent, il suffit de presque rien pour la déclencher. Elle s'immisce en vous, silencieuse, attaque lentement, tortueuse, chaque partie de votre être; mais elle est rusée et terriblement manipulatrice, car elle se fait passer pour votre amie, mais ne manque pas de vous trahir. La souffrance dans tout cela n'est qu'un effet. Lorsqu'on devient fou, on ne se rend pas compte car on n'a pas mal. Le plus douloureux c'est la chute. Le moment où on réalise. Moi non plus je ne voulais rien voir venir. Et puis, forcément, j'ai fini par atterrir...."

C'est l'obession de perdre cette amie, de ne plus faire partir de sa vie; même si ça fait mal, même si ce n' est pas une amitié normale. Charlène accepte, subit, jusqu'au jour où elle prend la décision de mettre fin à tout cela, pour ne pas sombrer dans la folie, pour ne pas se perdre définitivement.

"J' étais incapable de lutter. Que les quelques gestes qu'il me suffirait d'accomplir, bien qu'ils soient d'une importance décisive et d'une gravité extrême, étaient le seul et unique recours qui me restait. J'avais fait le choix le plus horrible, le plus insoutenable. Mais je savais, j'étais parfaitement lucide.....Je ne vivais plus que pour ça, dans l'attente de l'instant ultime..."

 

Un roman écrit avec une plume très légère, qui s'active au rythme de cette amitié naissante. Mais une plume qui s'alourdie d'un vocabulaire terrible pour accompagner cette amitié qui devient au fils des pages perverse et dangereuse.

Un très bon roman, certes rude, pour un très bon moment de lecture.

Posté par VirginieDelattre à 12:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Commentaires sur Pas de place pour un fille dans mon genre, excepté celle de la soumission...

    J'ai ouvert ce roman, il y a quelques années et je l'ai lu sans pouvoir m'arrêter : quel souffle sans mauvais jeu de mots , très impressionnée par le jeune âge de l'auteur(17 ans, je crois). Il fait partie de mon "Panthéon" personnel, je le conseille très souvent.

    Posté par rita cadillac, 16 septembre 2014 à 15:07 | | Répondre
Nouveau commentaire