27 octobre 2013

Un jour j'irai chercher mon prince en skate de Jo Witek

 Un jour j'irai chercher mon prince en skate

"De rage, je me suis replongée dans la lecture de Cendrillon. Je voulais comprendre ; ce fut démoralisant. Dans les contes, les filles banales n'ont jamais le droit aux premiers rôles. En tout cas, pas celles qui ne sont ni douces, ni obéissantes, ni hyper jolies. En relisant les contes merveilleux de mon enfance merveilleuse, j'ai vite compris qu'avec mon sale caractère et mon physique de sportive, je risquais d'attendre mon prince très longtemps."

Fred est une jeune fille pour qui l'adolescence n'est pas une partie de plaisir : plutôt ronde, fan de friandises, passionnée de skate, et jugée "peu féminine" par ses amies, Fred ne se sent pas forcément à l'aise avec elle-même, ni avec son statut de "fille qui n'a jamais embrassé un garçon et qui tente de l'assumer avec difficulté"...! Alors que ses copines l'aident en lui faisant des plans maquillage et shopping, Fred, elle, refuse d'entrer dans un moule et tente de se trouver en restant elle-même simplement, avec ses jeans troués et ses longues balades en skate. Même si l'angoisse de ne jamais connaître son premier amour (et le premier baiser qui va avec !) en même temps que les autres la taraude... Des vacances dans le manoir familial, ainsi que la révélation de secrets de famille vont venir remédier à tout cela...

Deux parties à ce roman : la première se déroule dans le quotidien de Fred, où la jeune fille insiste beaucoup sur le collège, sur sa réputation là-bas, l'image qu'elle renvoie de célibataire, sans jamais minimiser son désir de plaire et de vouloir trouver quelqu'un à qui elle plaira. Gros coup de gueule contre les cases dans lesquelles il faut rentrer au collège - surtout lorsque l'on est une fille, les modes vestimentaires et autres codes ridicules. L'héroïne est attachante, franche, romantique malgré elle, un brin féministe et elle possède un franc parler qui n'est pas sans rappeler l'explosive Bliss de Shauna Cross.

Puis dans la seconde partie, on embarque pour la Normandie, dans un environnement à la frontière de l'onirisme : un manoir dénommé "Clémence", où Fred va faire la connaissance de sa marraine, Diane, franchement décalée par rapport au reste de la famille, assez guindée. Cette rencontre sera pour la jeune fille déterminante. Différents évènements vont y avoir lieu - certains douloureux, d'autres magiques - qui vont faire grandir Fred.

L'histoire emprunte les codes du conte de fées : tout d'abord le titre, la structure narrative, l'entrée dans un monde inconnu de la narratrice (le manoir), la marraine la bonne fée (sous les traits de la jeune tante de Fred) et bien sûr le prince charmant qui ne se déplace point en cheval blanc mais sur un skate lui aussi... Tout cela se lit avec facilité. Les codes sont utilisés pour mieux être détournés avec humour (la tante de Fred a un style punk avec des cheveux rouge et un piercing). La présence de Diane va s'avérer lumineuse pour Fred car elle va écouter les questionnements de la jeune fille et l'aider dans ses péripéties amoureuses.

Bref un roman qui est un vrai bol d'air, et qui sous ses allures de simplicité, offre un message sincère qui ne pourra que viser juste : être soi-même...

Posté par Caroline Dumont à 17:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Un jour j'irai chercher mon prince en skate de Jo Witek

Nouveau commentaire