07 octobre 2013

Le Journal de Frankie Pratt de Caroline Preston

Le journal de Frankie Pratt

1920. Frankie est une jeune américaine, venant du New Hampshire. Sa famille est modeste, le père est mort lorsqu'elle avait six ans, et la mère, infirmière, tente de survenir aux besoins de Frankie et de ses deux frères. La jeune fille reçoit un journal en cadeau pour son diplôme lors de ses 18 ans, elle décide d'y consigner des attentes, ses espoirs secrets. Car Frankie ambitionne de devenir écrivaine...

Partir de sa petite ville, oublier un premier amour, rejoindre une université prestigieuse, se frotter à l'hypocrisie de jeunes pimbêches, découvrir la vie, grandir, voyager et rejoindre Paris... Le Journal de Frankie Pratt est le récit initiatique d'une jeune femme des années 20, qui tente de se soustraire à la condition réservée aux femmes : quitter sa famille pour se marier, devenir une bonne épouse et une bonne mère.

Au-delà du récit (très rocambolesque par ailleurs), le lecteur est véritablement plongé dans l'atmosphère des années 20 grâce à la forme du roman : constitué de six cent pièces datant de l'époque, Caroline Preston a effectué un véritable travail de recherche - car chacune de ces six cent pièces étant d'origine - trouvées aussi bien dans les reliques familiales, que sur internet ou chez des antiquaires. Utilisant la forme du scrapbooking, l'ouvrage est un véritable manifeste esthétique d'une période, mais il permet également de saisir toute l'ambiance des Années folles. L'ouvrage fourmille de détails visuels, images, photos, plans, breloques, tissus et autres... Que ce soit des réclames de publicités pour des marque de l'époque (Palmolive, Pebeco, Coca-cola, le café Maxwell et autres machines Corona !), ou des illustrations de mode très "Années folles" avec chapeaux cloches et coupes à la garçonne, tout est "d'époque" et permet de révéler le mode de vie de l'époque. Le renouveau littéraire n'est pas oublié : la scène littéraire de l'époque est sans cesse évoquée, au gré des lectures de Frankie : James Joyce et D. H. Lawrence (censurés !), Edith Wharton (osé !), Hemingway, Fitzgerald, Woolf.... Les débuts du cinéma parlant ne sont pas oubliés. Frankie va successivement vivre à l'université, puis à Greenwich village, le quartier new-yorkais des artistes et s'envoler pour Paris rive gauche...

Le récit est jalonné de petites cartes qui prédisent l'avenir et permettent de chapitrer les moments de vie importants de Frankie : une proposition, un célibataire, un voyage en croisière, le succès etc. Si la qualité littéraire de l'ouvrage est assez légère, sa beauté et son esthétisme très "vintage" en font un bel objet et propose une plongée dans une époque, dont l'ouvrage saisit véritablement l'ambiance.

Le journal tient lieu de petit défouloir, où la jeune fille analyse parfois avec naïveté la société qui l'entoure, décrivant (souvent avec acidité) ses relations avec les hommes, et où le lecteur se délecte des pensées spontanées de notre écrivaine en herbe.

Le journal de Frankie Pratt

On y trouve un paradoxe entre la somme des encarts publicitaires- petites reliques modernes de l'époque souvent liées à l'image de la ménagère et débutante parfaite- et le désir d'émancipation de la jeune fille. Le regard qu'elle porte sur cette période de sa vie est à la fois empreint de moquerie (notamment pour son côté très fleur bleue et sentimentale) mais également de nostalgie, baignée de la lumière de l'époque. L'auteur s'est inspirée de la vie de sa grand-mère, l'ouvrage devenant alors vestiges imagés de sa mémoire. Un joli ouvrage, désuet, assez ovni dans la production littéraire, qui ravira vos yeux !

"La vérité sur les étudiants. Scott Fitzgerald a tout faux. Les étudiants ne discutent pas de films, de livres, des endroits où ils ont été danser, des filles qu'ils ont pelotés ou embrassées, et encore moins de ce qu'elles portent. Non, ils parlent football, hockey, confréries, alcool de contrebande et automobiles."

Posté par Caroline Dumont à 19:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Le Journal de Frankie Pratt de Caroline Preston

    Oh que ça me fait envie ce roman et j'adore cette chanson!

    Posté par rita cadillac, 07 octobre 2013 à 20:18 | | Répondre
  • Oh que ça me fait envie ce roman et j'adore cette chanson!

    Posté par rita cadillac, 07 octobre 2013 à 20:19 | | Répondre
    • Oui je suis sûre qu'il te plaira, il fait très vintage ! Et c'est une de mes chansons préférées

      Posté par Caroline Dumont, 07 octobre 2013 à 20:23 | | Répondre
Nouveau commentaire