30 septembre 2013

"Pas question de rester plus longtemps l'otage d'un gamin..."

Le Petit Criminel

Christophe Léon  nous permet au travers de ce roman, de découvrir ou de redécouvrir l’histoire du  Petit Criminel de Jacques Doillon, film sorti en 1990, avec Richard Anconina et Gérald Thomassin

On y redécouvre l’  histoire de Marc, 14 ans. Celui-ci  vit dans une cité avec sa mère, alcoolique. Le papa de Marc les a quittés il y a déjà longtemps.  Marc est un peu à la dérive entre des rapports conflictuels avec sa mère et son beau-père, une vie scolaire loin d’être exemplaire. Marc n’est pas un délinquant, il est certes connu de la police mais pour des broutilles.

Et puis un  jour, à la maison, il découvre la présence d’une arme à feu (ramenée par son beau père) et surtout il répond à un appel téléphonique… Au bout du fil, une jeune fille qui veut parler à la mère de Marc et qui prétend être sa sœur.

Marc prend cette révélation comme une trahison de la part de sa mère. Il est alors pris d’un coup de folie, s’empare de l’arme à feu, quitte la maison. Il décide de braquer une parfumerie avec le seul objectif, avoir de l’argent pour partir à la recherche de sa sœur.

Tout ne se passe pas comme prévu,  Marc n’a rien d’un voyou (il paiera même un shampooing dans cette parfumerie, pris de remords) et à la sortie du magasin, il est arrêté par un flic qui le connaît qui sait qu’il n’est pas un voyou.

Marc décide à nouveau sur un coup de tête de prendre le policier en otage mais déclare qu’il se rendra à la police, une fois que celui-ci lui aura permis de retrouver sa sœur.

Commence alors, une cavale, un huit clos qui va de rebondissement en rebondissement (la rencontre avec Nathalie, la sœur, les tentatives de fuites de marc, celles de sa sœur…) qui va permettre à ces deux personnages que tout oppose de se connaître, de se découvrir, tant tôt par le dialogue, tant tôt par la provocation. C’est pour Marc une véritable recherche d’amour familial qu’il va découvrir grâce à Nathalie (sa sœur) et pour le policier, une main tendue à ce jeune de quartier dans la ligne directe de ce qu’il estime être son métier.

Un très agréable moment de lecture où Christophe Léon grâce à ce changement permanant de narrateur, (JE Marc, JE le flic, JE la soeur...) a su garder ce huit clos et cette tension entre les deux personnages principaux du film. Ce roman a fait ressurgir de bons souvenirs cinématographiques. Pour lecteur averti.

petit criminel 3

Posté par VirginieDelattre à 15:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur "Pas question de rester plus longtemps l'otage d'un gamin..."

Nouveau commentaire