02 août 2013

Maintenant c'est la rue qui me guette et je sais combien se sera dur de ne pas la laisser me prendre!

paris-inch-allah

Paris Inch'Allah !

Mohamed a 10 ans, il vit dans les bas quartiers pauvres de Tunis. Son univers, la misère, la saleté, son studio (deux pièces, une table, un lit, un tabouret...) et sa mère! Les relations entre Mohamed et sa mère sont très dures, elle est très dure avec lui....La vie n'a pas sourit à Mohamed.

"Quand j'ai fini, je m'étends par terre, à ma place. Je n'enlève pas mes guenilles vu que la nuit le sol est froid. Ce n'est pas non plus la folcoche de ce livre français dont m'a parlé Si Fathi. Elle n'est pas si vipère à ce point..."

Pour assurer la quotidien, la mère de Mohamed a recours à la prostitution, pour manger, pour nourrir son fils"Comme j'aimerai que ma mère arrête de se salir..." Mohamed aime sa mère mais ne reçoit aucun amour en retour, il veut y croire à cet amour "Vraiment elle m'aime vraiment ma mère! Cette manière qu'elle a de se sacrifier."

Et puis un jour, un client reste, fait un enfant à la mère de Mohamed et la phrase tombe comme un couperet :"Mohamed, tu ne peux pas rester."

Mohamed, 10 ans, se retrouve alors à la rue, seul, sans argent...

"Sans me retourner je marche. Tête d'abord baissée forcément, mais très vite, haute à nouveau. Oui je veux qu'elle soit fière de moi quand je pars...Je la hais je pense. Même si je l'aime. Elle aussi est sale comme les anciens batiments. Elle appartient au passé et moi, je ne suis plus à personne. Plus personne. Et je veux être moi et propre comme les nouveaux immeubles que je vois maintenant."

Mohamed, malgré ses 10 ans va alors mener un combat pour la vie, contre la misère, qu'il refuse...Avec beaucoup de lucidité, il évitera les pièges que va lui tendre la vie, et ceux tendus par la rue. Il fera beaucoup de rencontres, certaines lui feront perdre espoir, d'autres lui permettront d'avancer, lui donnant ainsi la possibilité d'atteindre ce qu'il recherche : s'en sortir, devenir quelqu'un de bien, quelqu'un dont sera fière sa mère.. Il se donnera tout  les moyens pour atteindre ce but.

"ça fait que même si je garde cette allure de crève la faim, je commence à me forger un bon physique, grâce à mon hygiène de vie."

Devenir quelqu'un et comme l'aurait souhaité ses parents : PARTIR POUR PARIS

Kamel Hajaji, nous livre ici un récit poignant sur la misère et le combat pour la vie. Il aborde aussi le sujet de l'acceptation de sa condition, quelle qu' elle soit... Un très beau roman.

Posté par VirginieDelattre à 09:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Maintenant c'est la rue qui me guette et je sais combien se sera dur de ne pas la laisser me prendre!

Nouveau commentaire