19 juillet 2013

L'été où j'ai appris à voler de Dana Reinhardt

L'été où j'ai appris à voler

Alors que ses camarades de classe sont tous partis en vacances, Robin Drew Solo dit Birdie aide sa mère à tenir l'épicerie familiale, La fromagerie. Birdie passe donc ses journées à la boutique et le reste de son temps à s'occuper de son rat domestique et à penser à son père, décédé depuis son enfance. Un quotidien paisible, mais solitaire, qui va justement être chamboulé durant les vacances d'été. Birdie va découvrir le carnet intime de son père, elle va apprendre également que sa mère fréquente quelqu'un. Et surtout, elle va rencontrer Emmett, un mystérieux garçon. Tous deux vont se connaître, se dévoiler l'un à l'autre et confronter leurs blessures communes. Se libérer des fantômes du passé, accepter les changements du présent et tenter de grandir : tels seront les évènements auxquels la jeune fille va se retrouver confrontée cet été-là.

À la fin du livre, l'auteur dit avoir voulu écrire un roman "un peu désuet" comme ceux qu'elle lisait étant plus jeune. Je ne sais pas si c'est cela qui donne cette teinte si particulière au récit, lent et tout en délicatesse. On sent une grande nostalgie en lisant ce roman, en fait un long flash-back - l'héroïne revenant sur les vacances de ses treize ans et sur les instants et évènements qui l'ont fait grandir. Il s'agira d'une grande amitié, d'une "trahison" maternelle, d'un tragique accident d'un proche, d'une fugue et pourtant tout cela est énoncé d'un ton distancié, nimbé de mélancolie. L'auteur analyse avec finesse les premiers émois et tous les bouleversements internes que va connaître la narratrice. Entre roman initiatique et grande aventure à hauteur d'adolescents, L'été où j'ai appris à voler est le récit de l'envol d'une jeune fille vers la maturité et à la découverte du monde extérieur. Les différentes étapes que va traverser l'adolescente pour alors se sentir enfin "en vie". La lecture est très appréciable grâce à de nombreux personnages secondaires attachants (Swoozie, le beau Nick, Hum le petit rat) et grâce à des chapitres très courts. Le décor de l'épicerie fine (nombreux fromages et types de pâtes nous sont évoqués, voire détaillés) apporte une touche d'originalité au roman.

"Ce n'était pas seulement la musique, c'étaient la falaise, le secret, le danger que j'éprouvais entourée d'inconnus, la chaleur de l'haleine d'Emmett dans mon oreille - tout cela me donnait envie de me perdre dans cette ballade que Finn chantait les yeux fermés.

Là laisse-toi emporter,

Ô enfant de l'Homme dans les ondes et la nature sauvage,

tenant la main d'une fée,

car le monde résonne de cris sauvages

qui défient l'entendement."

Posté par Caroline Dumont à 16:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur L'été où j'ai appris à voler de Dana Reinhardt

Nouveau commentaire