15 juillet 2013

Le théâtre du poulailler de Helen Peters

Le théâtre du poulailler

Ça bouge à la ferme des Roberts : pendant que l'aînée Hannah s'embarque avec sa copine Lottie dans des rêves de théâtre, de représentations et de prix à gagner, son père tente de maintenir l'existence de la ferme, suite au deuil de sa femme. En effet, le propriétaire a décidé de transformer le terrain de la ferme en immeubles d'habitation et donc pour faire pression sur la famille, le loyer est augmenté. Toute la famille d'Hannah - l'équipe des Zaricots, la petite peste Martha - ainsi que sa meilleure amie Lottie, vont tenter de remporter le grand prix du concours de théâtre Wilmot-Fawcett (500 livres à la clé) pour sauver la ferme ! Une vieille grange va alors être réquisitionnée pour se voir transformer en Théâtre Secret du Poulailler !

Outre les valeurs de solidarité, d'entraide et d'amitié véhiculées, le roman est intéressant par l'image de la ferme qu'il exploite. Ici elle n'est point idéalisée : la dureté du travail, la proximité avec les animaux, l'aspect financier sont des faits et sont souvent mis en avant. Le récit s'ouvre d'ailleurs sur un poème rédigé par notre héroïne, Hannah, justement sur la ferme en hiver, où gadoue, crottin de cheval et cadavres d'agneaux nés trop tôt sont évoqués. Le père d'Hannah est d'ailleurs un fermier "à l'ancienne", pour qui chaque bête compte et qui ne connaît pas les pesticides. Quelques réflexions d'une réelle justesse parcourent le roman ; lorsque Hannah s'imagine la ferme vendue, elle pense aux hirondelles, qui, chaque année, après avoir passé l'hiver en Afrique, font leurs nids dans la grange, mais aussi aux vaches que son père est obligé de vendre : "ses vaches montaient dans le camion avec leur petit nom, mais elles en descendraient avec un simple numéro d'unité de production." Ajoutons à cela, que la ferme se situe dans la campagne anglaise, dans le Sussex, d'où la multitude de merveilleuses descriptions.

La fratrie Roberts est adorable (petite pensée pour Joe avec son mouton domestique Jasper !), et la filiation à Morpurgo, évoquée sur la couverture, se révèle juste. Petits drames, moult rebondissements plus ou moins attendus et espoirs nouveaux offrent à l'histoire une dynamique et un rythme agréable et prenant. Un joli récit à faire découvrir aux plus jeunes.

Posté par Caroline Dumont à 18:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Commentaires sur Le théâtre du poulailler de Helen Peters

    Bonjour, moi aussi je connais "le théâtre du poulailler" et je suis en train de le lire. Je connais aussi "ma vie toute pourrie". Il a l'air ton blog. Viens visiter le mien. Merci.

    Posté par Cyliadeslivres, 30 décembre 2014 à 14:39 | | Répondre
  • C'est super comme livre!

    Posté par cathy, 01 avril 2017 à 10:17 | | Répondre
Nouveau commentaire