09 juillet 2013

Fugue majeure de Martine Pouchain

Fugue majeure

"J'ai l'impression d'avoir grandi un peu, d'avoir réussi quelque chose, la première partie d'une aventure."

C'était un dimanche, toute la famille est réunie pour un repas de fête, les plus belles assiettes ont été sorties, on n'attend plus que Mamie -dernier repas de fête avant son opération. Mamie est surtout attendue par Nini, notre narratrice, toute retournée d'avoir été larguée par un vilain Léo, bien indélicat... Car pour Nini, Mamie c'est tout : de la tendresse, de l'écoute, une légèreté qui l'emporte toujours loin de ses soucis, bref une Mamie parfaite, toute en poésie et en sourire. Mais voilà que Mamie ne vient pas... Un mot placardé dans sa maison : "Je ne veux pas d'opération", et plus aucun doute possible : Mamie a disparu, Mamie a fugué.

Nini va se lancer à sa poursuite, avec ce seul indice : un appel téléphonique de l'intéressée, avec bruits de vague et cris des mouettes en arrière-fond, et c'est parti pour un voyage en moto en solitaire, sur la route de Fort-Mahon. Un voyage "sur les traces de Mamie, et peut-être aussi un peu de moi-même" pour Nini.

Il suffira d'un rêve magique, de l'histoire de la Souris des bouleaux, d'un beau garçon surnommé secrètement Gaspard, et d'instants précieux entre la petite-fille et sa mamie, pour que les chagrins d'amour s'évaporent, et que toutes les deux affrontent leurs avenirs.

Une petite aventure, aux allures de road-movie, à la (re)découverte d'une Mamie tant aimée, avec de belles réflexions sur le temps qui passe, immanquablement et qui vous happe, quel que soit l'âge. Un récit de la révolte aussi : révolte contre le monde - si brutal lorsque l'on est ado, mais aussi lorsque l'on est beaucoup plus âgée ! Un beau portrait d'une grand-mère, insouciante, charmante, pleine de jeunesse rentrée, de souvenirs doux et terribles. Une mamie forte et fragile à la fois, que Martine Pouchain nous rend terriblement attachante !

"Voilà, pensais-je, pourquoi Mamie a gardé sa voix de jeune fille. C'est tout simplement parce qu'elle n'a jamais cessé de l'être, parce qu'elle est restée coincée là-bas, dans ce désir inassouvi d'encore faire battre les coeurs et tourner les têtes."

Posté par Caroline Dumont à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Fugue majeure de Martine Pouchain

Nouveau commentaire