16 mai 2013

"Ils disent dans les contes, que quand t'es méchant, c'est que personne ne t'aime ? Moi New York ne m'aime pas..."

fuck you new york

  FUCK YOU NEW YORK

de Kamel Hajaji

Malek, 21 ans, étudiant fasciné par le rap et le cinéma américain, rêve de découvrir New York, l’ « Amérique »… Là où les choses bougent. Et il part avec son meilleur ami Ben pour une université américaine. C’est l’euphorie, l’excitation, la joie, l’attrait de la liberté…. Et puis l’arrivée à New York… A eux la liberté !

Mais avant la liberté, il y a le passage à la douane ; et là il y a deux files. Malek ne comprend pas il n’est pas dans la même file que Ben. Il est dans la file des gens de couleur. Il part accompagné par deux douaniers … 

« Mon bourreau m’empoigne plus dur, heureux d’imposer sa force, et on repart. On marche à son rythme, en symbiose. Pas le choix. Le cabot nous ralentit : un coup sur deux, il se faufile entre mes cuisses. Je manque de trébucher plusieurs fois, le poulet essaye de me remettre d’aplomb mais mes pieds se dérobent. MERDE, je suis juste un môme. Les traumatismes se construisent sur de la chair tendre, tu savais  pas ça ? Ils savent pas ça ? Au moment de la métamorphose, quand tu sors d’une illusion de manière trop soudaine… Mon crime d’être arabe, faut que je le raque, à ce qu’on dirait…"

Que va-t-il se passer ? On ne le sait pas Malek ne nous le dira pas! Il ne veut pas, il ne peut pas !

Il ressort de cet aéroport bouleversé, « démonté », plus lui-même…  « l’ hôtel est comme moi, largué au milieu de nulle part… »

Au fil des pages on va découvrir un jeune homme qui perd les pédales, qui sombre tout doucement dans la folie, dans la paranoïa. Ces proches ne le reconnaissent plus, il ne se reconnaît plus, il aimerait quitter ce corps qui n’est plus le sien… Il a New York en horreur, New York lui fait peur, les gens lui font peur, il n'ose plus penser, plus confiance, déçu.

Dans ce roman, c’est Malek qui s’adresse directement à nous sous forme de correspondance. Il nous écrit depuis un hôpital où il est interné. Son récit est ponctué de flash back entre sa vie à l’hôpital et sa découverte de New York… Un récit dur, émouvant sur l'aprés 11 septembre et ses conséquences et les désillusions d'un jeune homme qui croyait beaucoup en l'Amérique.

Roman pour lecteur averti.

Posté par VirginieDelattre à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur "Ils disent dans les contes, que quand t'es méchant, c'est que personne ne t'aime ? Moi New York ne m'aime pas..."

Nouveau commentaire