07 avril 2013

Barjo

barjo

"Depuis que le sol s'est dérobé sous nos pieds, il n'a pas pu s'écouler plus de deux ou trois secondes. Mais elles m'ont paru durer une éternité, un vrai cauchemar au ralenti" : Daniel Edwards et Tosh Tozer, deux collégiens, sont coincés au fond d'un grotte, ils n'ont pas été les seuls à tomber : un corps se trouve à leurs pieds...

Une semaine de randonnée avec la classe a tourné au cauchemar. Daniel, surnommé Barjo par sa classe, a été forcé par son père d'y participer, afin de vaincre son côté asocial. En effet, Daniel aime la solitude, dans le silence il peut mieux s'adonner à sa passion : les mathématiques. Car si Daniel est appelé Barjo, c'est que le jeune garçon est un génie des maths.

L'auteur alterne situation présente (les deux garçons en situation dramatique) et flash-back expliquant un engrenage terrible. Car ce sont les deux têtes de turc de la classe qui sont au fond de cette grotte, Daniel et Tozer moqué lui, pour son esprit lent et son physique. L'auteur évoque la solitude de Dany, puis l'arrivée en début d'année d'un nouveau professeur d'éducation physique : Jeff Axelmann, musclé, plein d'assurance et surtout qui va harceler Daniel et Tozer, les baptisant "Einstein" et "King Kong" devant toute la classe et ne manquant jamais une occasion pour les ridiculiser publiquement...

La randonnée va alors précipiter les choses...

Le lieu même du voyage extra-scolaire installe un climat d'oppression et d'isolement : les gorges de Cheddar, où comme Dany le dit : "C'est comme si nous pénétrions dans une brèche ouverte par un dieu de la mythologie grecque, un dieu qui aurait fendu la colline en deux d'un coup de hache." Daniel va se retrouver à faire équipe avec Tozer, et tous les deux vont s'en cesse essuyer les commentaires d'Axelmann et de leurs camarades.

L'auteur insiste sur la relation ambivalente entre les deux garçons : "Nous n'avons jamais été amis. Nous avons toujours été aussi différents que la chaux et le charbon. (...) Malgré cela, Tozer n'a pas cessé d'entrer dans ma vie et d'en sortir. Pas souvent, mais suffisamment. Un peu comme un mauvais rêve qui revient juste au moment où l'on pense en être débarrassé."

Si Daniel est moqué, il se détache nettement des autres garçons par une force de caractère et une passion dans laquelle il se plonge pour oublier. Il évoque d'ailleurs son incompréhension face au contentement de Tozer lorsque la classe entière le moque : "Les têtes pivotent. Têtes rigolardes, toutes dirigées vers Tozer. Et qu'est-ce qu'il fait, Tozer ? Il sourit, il est content."

Les évènements durant les cinq jours de randonnée dans la campagne vont peu à peu nous faire entrevoir le caractère de Danny et permettre au garçon d'en apprendre beaucoup sur lui et sur ce qui l'entoure. Danny va se trouver un allié, ou plutôt un curieux double, le mystérieux Solo. On pourrait presque parler de roman d'apprentissage, mais également de récit à suspense tant le lecteur souhaite comprendre comment les événements ont pu en arriver là et comment cela va se dénouer... Un bon roman, tout en tension, sur le thème délicat du harcèlement moral.

Posté par Caroline Dumont à 19:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur Barjo

Nouveau commentaire