13 mars 2013

"Cet enterrement en grande pompe de ma jeunesse"

replay

Benjamin est en terminale, année morne, année où Benji traîne sa blase et sa frustration : il y a quelques mois il ne vivait que pour la musique qu'il créait avec son pote Mathieu, pote avec qui il entretenait une amitié fusionnelle aboutissant à la création d'un groupe. Ils sont alors rejoints par Max, batteur et Clara, chanteuse à la voix rauque pour laquelle se sont amourachés les deux amis... Résultat : le groupe a explosé, entraînant la fin de l'amitié entre Benji et Mathieu.

Et puis, la rumeur est arrivée : le fameux Franck Ménard (qui bizarrement possède tous les attributs de Patrick Eudeline, jusqu'aux fameuses lunettes noires !) , célèbre critique rock, allait venir au lycée donner une conférence et écoutera les groupes du lycée en live.. Et si c'était l'occasion pour Benjamin de faire revivre le passé ?

L'écriture de Blondel est inimitable, capable en quelques mots d'exprimer tous les doutes, l'ambivalence de l'adolescence. Le grand saut en avant, avec parfois ses reculs, ses craintes, la voie cherchée, des instantanées d'émotions brutes. Parce que c'est bien d'adolescence, ou plutôt de sa fin dont il s'agit, la musique, l'amitié retrouvée, tout cela n'est que prétexte pour parler de cette ère où l'on se cherche, où la maturité arrive, saturée d'une lucidité terrible... On sent que l'auteur a tout compris à cette période d'entre-deux.

Benjamin, comme la plupart des narrateurs chez Blondel (je pense à Blog et Brise-glace) va se trouver grâce à l'écriture, et pour cela il va revisiter les derniers mois qui l'ont torturés, "un matériel extraordinaire", désir amoureux, haine fraternelle, amitié dévastée, toutes ces émotions transcendées par l'intensité de l'adolescence, pour enfin passer à autre chose.. Et sous la plume de Jean-Philippe Blondel, c'est simplement superbe.

"C'est ma dernière année de lycée, d'ici quelque temps, tout cela ne sera plus que des souvenirs, nous aurons tous un boulot, des enfants, des horaires, nous ne trouverons plus de temps pour la musique, la musique, elle sera derrière nous, nous aurons un pincement au coeur quand nous y repenserons, mais nous irons de l'avant, de l'avant de l'avant, alors prends du plaisir, merde, prends tu plaisir, c'est ça, la guitare entre tes mains, la batterie qui te chope les tripes et te donne envie de sautiller sur place, eh bien, sautille..."

Posté par Caroline Dumont à 18:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur "Cet enterrement en grande pompe de ma jeunesse"

Nouveau commentaire