14 janvier 2013

Princesse Vinyle

Princesse vinyle

"La musique rend la chose officielle : notre lieu de culte est ouvert aux fidèles. C'est une boutique où une certaine catégorie de paumés se donnent rendez-vous ; ils viennent se confesser et dialoguer avec leurs idoles ; ils viennent chercher de la solidarité et de la compréhension ; ils viennent prendre leur pied, se lâcher, visiter le passé, explorer l'avenir, se mettre en phase avec leur foi, décortiquer leur âme, trouver la paix, stimuler leurs méninges ou chasser le spleen. Cet endroit, c'est Bob & Bob, disquaire. Et c'est là que je travaille."

Allie a 16 ans, une collection de vinyle qui dépasse les 900 disques, un rapport presque fanatique à la musique et un job d'été de rêve comme vendeuse au seul disquaire indépendant de sa ville, Berkeley : chez Bob & Bob (l'explication des deux Bob est donnée à la fin du livre !). Allie a également un père ancien batteur dans un groupe de rock, une mère universitaire qui pense régler sa vie de divorcée en squattant les forums de rencontres, une meilleure amie, Kit, pour qui les vêtements vintage sont l'équivalent de la musique rock pour Allie et un chat prétentieux, dénommé Pierre. Mais surtout, et c'est ce qui donne ce ton particulier au roman, Allie possède un caractère bien trempé et une pensée bien affirmée concernant la musique :

"Je fixe mon choix sur un import européen de David Bowie - Young Americans, peut-être - non, sûrement - l'une des chansons les plus sensationnelles jamais composées, démarre. Ambiance saxophone et piano bastringue. Je me vautre sur mon lit et étudie la pochette. Bowie me regarde du haut de sa perfection androgyne. Des volutes de fumée s'enroulent autour de ses ongles vernis. Il me met au défi de ne pas tomber amoureuse. Les yeux fermés, je savoure."

L'intrigue du roman paraît bien secondaire face à la personnalité d'Allie : un mystérieux garçon qui fréquente ardemment la boutique Bob & Bob, qu'Allie ne mettra pas longtemps à repérer et à espèrer qu'il soit fan de "vraie" musique comme elle et surtout  comme futur amoureux potentiel, puis une série de braquages dans le quartier va avoir lieue et va déstabiliser tout doucement le monde d'Allie... Parallèlement à ça, Allie se décide à ouvrir un blog et un fanzine sur son amour de la musique, en se cachant sous le pseudonyme de Princesse Vinyle.

Un roman bien agréable qui vaut surtout pour la narration d'Allie - une voix franche et singulière (qui m'a d'ailleurs rappelée la narratrice de Bliss de Shauna Cross), et qui critique ardemment le rock aseptisé, le téléchargement, la musique dite "de consommation" etc. On sent que l'auteure, Yvonne Prinz, est elle-même passionnée de musique (une note nous précise d'ailleurs qu'elle a fondé avec son mari l'Amoeba Music, la plus grande boutique indépendante de musique du monde). L'intrigue n'est pas forcément très recherchée : les braquages semblent plus un prétexte pour évoquer Telegraph Avenue, la rue où se tient la boutique Bob & Bob, rue où les junkies côtoient les étudiants, les passionnés en tout genre (notamment de musique) et les artistes locaux... Le personnel de Bob & Bob est lui aussi constitué d'individus tous plus décalés les uns que les autres !

Bref on passe un bon moment avec Allie et son entourage, ponctué de belles références musicales, et qui nous pousse à réfléchir sur l'industrie musicale actuelle ce qui est déjà pas mal !

Un petit extrait de la mixtape d'Allie :

Posté par Caroline Dumont à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Princesse Vinyle

Nouveau commentaire